Que faire de ses déchets verts ?

Les déchets verts sont des déchets 100% biodégradables issus des restes de végétaux provenant des tontes de gazon, de fleurs fanées, feuilles mortes… Ces déchets végétaux peuvent se révéler encombrants. Il existe de plusieurs façons de se débarrasser de ses déchets verts en toute légalité. Nos déchets verts ont des ressources souvent méconnues.

Le brûlage à l'air libre : c'est interdit !

Bien qu’interdit et passible d’une contravention de 450 €, le brûlage des déchets végétaux demeure une activité largement pratiquée. cette combustion dégage de nombreuses substances polluantes, toxique pour l’homme et néfaste pour l’environnement.

De nombreuses solutions existent pour valoriser ses déchets verts : compostage, broyage, paillage, collecte en déchetterie. Alors, ne brûlez plus vos déchets, valorisez les !

Quelques chiffres

Pour se débarrasser des déchets de jardinage, 9 % des foyers les brûlent, ce qui représente près d’un million de tonnes de déchets verts brûlés à l’air libre.

50 kg de déchets verts brûlés c’est : 

  • 6000 km parcourus par une voiture diesel récente (18400 km par une voiture essence)
  • 3 mois de chauffage d’un pavillon avec une chaudière fioul
  • plus de 100 trajets aller-retour, selon le véhicule, pour rejoindre une déchèterie située à 20 km.

Valorisation des déchets verts

Le broyage des végétaux, le mulching ou le compost permettent de recycler la matière organique de votre jardin en réduisant leur volume de moitié. Ces techniques écologiques et économiques permettent aussi de réutiliser ses déchets verts pour les valoriser.

Broyage des végétaux

En utilisant un broyeur de végétaux, les brindilles, feuilles coriaces et autre résidus de taille sont hachés menu et réduit de moitié. Les copeaux issus du broyage pourront par exemple être réutilisés sous forme de paillage ou ajouter au compost.

Le paillage

Riches en éléments nutritifs, le paillis permettra de fertiliser les plantes en se décomposant, de les protéger en hiver et de moins arroser en été car il retient l'humidité .

Autre avantage : si le broyat est étalé en couche épaisse, la pousse des mauvaises herbes sera limitée, évitant ainsi les opérations de désherbage ou l'utilisation de produits chimiques.

Nantes Métropole rembourse l’achat d’un broyeur collectif par une association ou un groupe d’habitants, jusqu’à 4000 euros.

Le compost

Le broyat de branchages, les feuilles mortes, les plantes fanées, le gazon tondu...  servent également à faire du très bon compost en complément des épluchures et autres restes alimentaires.

Le mulching

Cette technique consiste à recycler la tonte de pelouse en la broyant très finement et en la laissant sur place. En se décomposant naturellement, elle enrichira naturellement le jardin. Le mulching a également une action de paillage car il limite lui aussi la pousse des herbes indésirables.

Tuto « Jardiner au naturel » #3 « le broyage »

A lire aussi